lundi 23 février 2015

Redevance sur la copie privée pour les professionnels

Vous ne le saviez peut-être pas, mais lorsque vous achetez disques durs externes, smartphones, tablettes, baladeurs mp3 ou même un GPS, vous vous acquittez d’une redevance sur la copie privée… Comme elle ne se justifie que très rarement pour les professionnels, vous pouvez demander à vous la faire rembourser.

La redevance sur la copie privée

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une taxe destinée à financer le droit à la copie privée.
Quand vous achetez des périphériques ou supports susceptibles de stocker des données (tablette, smartphone, disque externe et même un GPS), vous vous acquittez automatiquement de cette taxe au moment du paiement du produit. Elle sert à compenser le manque à gagner potentiel pour les producteurs, auteurs et artistes-interprètes de contenus vidéos et musicaux.

Le cas des professionnels

Prenons un cas que nous connaissons bien : nous qui manipulons beaucoup de données clients dans le cadre de nos solutions de sauvegarde, nous achetons régulièrement des disques durs externes. Même si le disque est acheté pour une utilisation strictement professionnelle, la redevance est prélevée à la source de façon systématique. Par exemple, un disque externe de 2To est assorti d’une redevance de 20€ que vous réglez directement avec la TVA.
La bonne nouvelle, dans tout ça, c’est que pour les professionnels, il est possible de récupérer cette taxe sur demande.

Comment se faire rembourser ?

Pour demander votre remboursement, vous pouvez vous rendre sur le site de copie france, et plus précisément sur la page des demandes de remboursement.
Attention cependant, le remboursement n’est pas systématique, car si le périphérique est confié à un salarié de façon nominative (typiquement un smartphone ou une tablette), la demande risque fort d’être refusée. En effet, l’utilisation personnelle et/ou nominative des équipements ne semble pas être prise en charge pour les remboursements.
Un point important tout de même : ne soyez pas trop pressés, notre dernière demande a mis trois mois à être traitée…

Conclusion

Ramenés aux prix des supports, les montants en jeu sont significatifs, même si de façon individuelles, il s’agit de petites sommes.
Nous pensons que le prélèvement à la source pour les entreprises n’a pas lieu d’être et que, considéré dans la globalité, cela doit représenter une manne financière très importante.
Nous vous encourageons donc vivement à demander le remboursement de cette redevance non justifiée pour les professionnels.

lundi 9 février 2015

Installer Dell Openmanage Server Administrator sur Debian

Si vous utilisez des serveurs Dell, vous appréciez certainement Openmanage Server Administrator pour les gérer. Et bien sachez que cet outil est également disponible pour les systèmes Debian.

Openmanage Server Administrator pour Debian

Dans les cas où nous hébergeons les données de sauvegarde de nos clients (en sauvegarde externalisée) et lorsque nous leurs fournissons des Appliances de sauvegarde, nous utilisons des serveurs professionnels de la marque Dell. Notre solution coté serveur s’appuie sur une distribution Linux Debian.
Dell propose de nombreux outils pour la gestion de ses serveurs mais habituellement, ils ne sont disponibles et accompagnés d’assistance que sur les systèmes intégrés par le constructeur.
Et bien, Openmanage Server Administrator est aussi disponible pour les distributions Debian (et Ubuntu) . Par contre, il s’agit d’éditions « community » donc sans assistance. Voilà pourquoi nous vous proposons de vous accompagner dans son installation.
Installation
Pour l’écriture de cet article, nous avons installé une distribution Debian Wheezy nue et y avons ajouté un openssh server et sudo. Pour démarrer, il faut ajouter le repository de Dell à la liste des sources :
echo 'deb http://linux.dell.com/repo/community/ubuntu wheezy openmanage' | sudo tee -a /etc/apt/sources.list.d/linux.dell.com.sources.list
« wheezy » correspond à la version de linux debian que nous avons utilisé.
Il est ensuite nécessaire d’ajouter les clés du repository à apt pour pouvoir valider les paquets :
gpg --keyserver pool.sks-keyservers.net --recv-key 1285491434D8786F
gpg -a --export 1285491434D8786F | sudo apt-key add -
Maintenant, il faut qu’apt prenne connaissance de ces nouvelles sources de données :
sudo apt-get update
Enfin, pour installer la totalité des paquets d’Openmanage Server Administrator , tapez la ligne suivante :
sudo apt-get install srvadmin-all
Si vous le souhaitez, vous pouvez installer les différents composants séparément, selon ce que vous souhaitez faire. Les composants disponibles sont :
  • srvadmin-all : installe tous les composants d’Openmanage Server Administrator srvadmin-base : installe seulement Openmanage Server Administrator de base, sans serveur web
  • srvadmin-rac4 : installe les composants nécessaires pour le DRAC 4
  • srvadmin-rac5 : installe les composants nécessaires pour le DRAC 5
  • srvadmin-idrac : installe les composants nécessaires pour l’iDRAC
  • srvadmin-idrac7 : installe les composants nécessaires pour l’iDRAC 7
  • srvadmin-webserver : installe l’interface Web
  • srvadmin-storageservices : installe la gestion du RAID
  • dtk-scripts : installe DTK
  • dcism : installe le module de service iDRAC

Utilisation

Il y a deux façons d’utiliser Openmanage Server Administrator :
  • La ligne de commande
  • L’interface web

Ligne de commande

Le service dataeng, nécessaire pour l’utilisation en ligne de commande, démarre automatiquement au boot. Si vous souhaitez le démarrer manuellement, tapez :
sudo service dataeng start
A présent, vous pouvez utilisez les commandes omreport, omconfig et omhelp.
Il est possible d’aller relativement loin dans les informations obtenues, mais sans documentation, l’utilisation de ces commandes ne tombe pas sous le sens !
Chaque commande est accompagnée d’une aide spécifique (-?) et vous trouverez une aide plus complète sur la page de documentation officielle. Vérifiez bien que vous êtes bien sur la documentation de la bonne version !
Par exemple, si vous souhaitez connaitre d’état des disques physiques rattachés au contrôleur RAID 0, voici comment faire :
omreport storage pdisk controller=0

Interface web

Pour utiliser l’interface web, il est nécessaire de créer les utilisateurs dans le fichier /opt/dell/srvadmin/etc/omarolemap. Par exemple :
nom_utilisateur * Administrator
L’utilisateur Linux doit exister et c’est son mot de passe qui sera utilisé.
Pour démarrer le serveur web, la commande est la suivante :
sudo service dsm_om_connsvc start
Pour accéder à l’interface, allez à l’adresse https://<addresse_ip>:1311/ depuis votre navigateur pour accéder à Openmangage Server.
Si vous souhaitez que l’interface web démarre avec le système, tapez la commande suivante :
sudo update-rc.d dsm_om_connsvc defaults

Conclusion

Nous apprécions que Dell ait pris la peine de porter sa solution en version communautaire et sommes certains qu’elle rendra de grands services à tous… Dans tous les cas, elle nous en rendra déjà à nous !
Notre seul regret est de ne pas pouvoir mettre à jour les micrologiciels des serveurs directement depuis cet outil… dommage !
Source de l'article : Dell Openmanage Ubuntu Repository