samedi 11 juin 2011

Les solutions de sauvegarde sous iOS

L’engouement général pour les appareils utilisant le système d’exploitations iOS a favorisé l’éclosion d’offres de sauvegarde portées sur cette plateforme (iPhone et iPad essentiellement). Ces solutions ont-elle un avenir suite à l’annonce d’iCloud ?

Retour sur iOS

En premier lieu, il est important de rappeler qu’iOS est une variante allégée d’OS X, destinée aux périphériques mobiles d’Apple, comme les iPhones, les iPods Touch et plus récemment les iPads.

Les données présentes sur ces périphériques mobiles sont de deux types :
  • Celles répliquées depuis l’ordinateur hôte vers le périphérique (bibliothèques audio et photo, contacts, calendriers et applications)
  • Celles générées par les applications présentes sur l’appareil
Dans les deux cas, elles sont synchronisées et sauvegardées lors de chaque connexion avec l’hôte, via le logiciel iTunes.
Ces appareils n’ayant pas pour vocation le stockage de données utilisateurs, ils ne proposent ni navigateur de fichiers et ni fonctionnement comme périphérique de stockage.

Quel est le risque de perte de données ?

En cas de perte, vol, destruction ou simple réinitialisation du périphérique iOS, vous pouvez restaurer l’appareil tel qu’il était lors de la dernière synchronisation.
Les données les plus volatiles, comme les mails, les contacts et emplois du temps, sont souvent synchronisés à la volée et sans fil par plusieurs solutions (Exchange server, MobileMe, Gmail, imap, etc...).


Cela signifie néanmoins que si vous avez pris des photos ou généré des données avec une application non connectée, vous avez un risque de perte de données entre deux synchronisations.

Ce risque est très faible, mais pour les personnes utilisant une application professionnelle non connectée, il existe.

Le cas iCloud

Lors de sa présentation du 6 juin 2011, Apple a présenté iCloud.

iCloud est un ensemble de services hébergés focalisés sur la synchronisation autour des périphériques iOS.
Dans ce cas précis, le service est une «synchronisation améliorée» car il propose une sauvegarde en ligne des photos et applications avec leurs données associées.
La nuance entre synchronisation améliorée et sauvegarde est importante, car elle ne propose pas de «versioning» des fichiers : elle ne garde qu’une seule version des données et les 1000 dernières photos. De plus, la sauvegarde est quotidienne et fonctionne en mode incrémental.
Cette solution permet donc, pour les périphériques iOS, de sauvegarder automatiquement en externalisé les données embarquées en faisant abstraction des versions multiples. Cerise sur le gâteau, elle est gratuite jusqu’à 5 Go...
iCloud vient donc combler un manque en éliminant le risque de perte de données sur iOS.
La solution est intégrée au système d’exploitation à partir de sa version 5 et les cinq premiers Giga-octets de stockage sont offerts. Avec de tels arguments, cette solution va automatiquement devenir incontournable sur cette plateforme.

Notre avis

Malgré l’image «cool» ou «tendance» des produits Apple, la marque à la pomme pilote un business gigantesque. Clairement, ce n’est pas une association philanthropique cherchant à faire des cadeaux à ses 200 millions d’utilisateurs iOS.
La gratuité est un mirage, qui cache des enjeux financiers colossaux. Le but n’est donc pas de vous fournir une solution de sauvegarde en ligne gratuite, mais plutôt de vous la vendre au delà de l’appât des 5 Go «gratuits».
Le coût très bas de l’hébergement au delà de cette limite est également représentatif de l’offre grand public : stockage à l’étranger (loin de notre chère CNIL qui veille à l’usage de vos données) sur un datacenter unique, pas d’engagements de résultat, ni d’assistance.
Comme toujours, nous vous encourageons à rester vigilants sur les offres de sauvegarde. Définissez précisément vos besoins et les limites que vous êtes prêt à accepter : criticité des données, engagements du prestataire, respect de la confidentialité, assistance et suivi...

Cela vous aidera à naviguer dans le foisonnement d’offres et vous évitera de tomber dans les pièges que peuvent représenter le gratuit ou le pas cher.