mercredi 19 juillet 2017

Redondance systématique sur la sauvegarde en ligne

Nos offres de sauvegarde externalisées évoluent et, à présent, l’ensemble de nos offres de sauvegarde hébergée s’appuient sur un stockage redondant.

Différentes offres pour différents besoins

Quand on travaille sur le sujet de la sauvegarde dans les entreprises et organismes publics, on rencontre un certain nombre de contraintes parmi lesquelles :
  • Le délai de reprise d’activité (RTO)
  • La perte de données acceptable (RPO)
  • La vitesse de l’accès Internet
  • Le volume de données modifié quotidiennement
  • Le budget
  • Etc...
Une évaluation précise de ces contraintes permet de s’orienter vers un type de solutions assez rapidement (notre assistant peut vous y aider).
Voilà pourquoi nous proposons différentes offres (sauvegarde en ligne, sauvegarde centralisée / interne, et sauvegarde hybride). Cela permet d’apporter des réponses concrètes aux différents besoins.

Le cas de la sauvegarde en ligne

La sauvegarde en ligne, souvent appelé sauvegarde externalisée, est une de ces solutions.
Nous proposions jusque-là deux offres de sauvegarde en ligne :
  • Sauvegarde simple
  • Sauvegarde géo-redondante
La différence entre les deux offres, outre l’aspect tarifaire, était :
  • Stockage sur deux serveurs en failover séparés géographiquement de plus de 300 km et sur des réseaux différents pour la sauvegarde géo-redondante
  • Stockage sur un serveur unique dans le cadre de la sauvegarde simple
Même si le serveur de la sauvegarde simple était une machine de constructeur avec RAID matériel et alimentations redondantes, la résilience des données était potentiellement moindre.

Sauvegarde redondante

A présent, la sauvegarde simple disparait et laisse place à la sauvegarde redondante.
Les deux offres de sauvegarde externalisées classiques deviennent donc :
  • Sauvegarde géo-redondante
  • Sauvegarde redondante
Dans cette offre de sauvegarde avec redondance locale, les données sont stockées sur deux serveurs en failover dans le même datacenter. Cela permet d’assurer une meilleure résilience des données en cas de défaillance totale d’un serveur.
Et le tarif dans tout ça, me direz-vous ?
Il y a deux bonnes nouvelles :
  • Cette offre remplace l’offre de sauvegarde simple et garde le même tarif attractif ! Donc pas d’augmentation de l’abonnement
  • Tous nos clients utilisant la sauvegarde simple sont en cours de transfert vers notre nouvelle infrastructure en redondance locale, de façon transparente

Conclusion

Toutes nos offres de sauvegarde en ligne s’appuient à présent sur un stockage redondant des données, sans augmentation de prix avec une migration automatique des clients existants.

lundi 12 juin 2017

Box de sauvegarde

 
Régulièrement, nous recevons tous des communiqués vantant les mérites de la sauvegarde sur « Box ». Le contenu de ces offres étant très varié, il n’est pas toujours simple d’y voir clair…

Qu’est-ce qu’une « box de sauvegarde » ?

Si vous vous souvenez de vos premières leçons d’anglais, le mot « box » désigne tout simplement une boite. Sous ce terme très générique nous trouvons toutes sortes de produits : des modems routeurs ADSL, des pâtes à réchauffer au four micro-onde, des espaces de garde meubles, etc…
Une sauvegarde sur box ne définit donc rien de précis, si ce n’est que les sauvegardes sont stockées dans une boîte qui échappe aux catégories des serveurs ou des NAS reconnues dans les environnements professionnels.


Qu’en est-il alors de la performance, de la qualité du matériel, de la résilience du système et les moyens mis en œuvre en cas de panne ? Ces sujets ne sont en général pas évoqués…

Sécurité des données

L’argument majeur brandi tel un épouvantail est le couple sécurité et confidentialité des données. On vous explique en général que chez vous (dans l’entreprise ou à votre domicile) les données sont bien plus en sécurité que dans un centre d’hébergement.
En ce qui concerne la confidentialité, le fait que les données soient stockées en local ne les rend pas plus confidentielles. La gestion de la confidentialité des données n’a d’ailleurs rien à voir avec leur lieu de stockage. C’est une stratégie à part entière dépendante du logiciel de sauvegarde utilisé (chiffrement des données, politiques d’authentification, etc…).
Pour la partie sécurité, nous aurions tendance à penser qu’il est bien plus simple de s’introduire chez un particulier ou même dans une entreprise ordinaire que dans un centre d’hébergement digne de ce nom. En effet, ces derniers utilisent des contrôles d’accès variés en fonction des zones (accueil, salle blanche, baies), de la vidéo surveillance et des systèmes d’alarmes. De plus ce discours sur la sécurité occulte la disponibilité de l’hébergement que l’on peut trouver chez un particulier ou dans une petite structure (ligne internet, débit, disponibilité électrique).
Si les données étaient plus en sécurité chez soi que dans un datacenter, les hébergeurs seraient tous au chômage au lieu d’afficher une croissance soutenue !

Une boite de sauvegarde magique sans logiciel ?

Vanter la formidable sécurité apportée par une box de sauvegarde c’est bien, mais résumer une sauvegarde à du matériel occulte l’essentiel : c’est avant tout le logiciel de sauvegarde qui collecte et traite les données.
Si vos postes et serveurs, aussi puissants qu’ils soient, n’utilisaient pas de logiciel pour les animer, vous n’en feriez rien. Dans le cadre de la sauvegarde, c’est la même chose : s’il n’y a pas de logiciel pour analyser, traiter et stocker intelligemment vos données, cela ne servira à rien.
Le fait de ne pas aborder du tout la partie logicielle cache bien souvent une pauvreté fonctionnelle alarmante…

En plus ça n’est pas cher !

Les e-mailing argumentent également sur le côté « pas cher » de l’offre comparée à un hébergement en datacenter. Et en plus, cela ne vous engage « que » 36, 48 ou 60 mois !
Attention ! Cet engagement est en réalité un crédit. Une fois engagé, vous ne pourrez plus en sortir. Vous ne serez d’ailleurs pas engagé avec un prestataire informatique, mais avec un organisme financier.
Le fait d’acheter à crédit démontre bien que vous achetez du matériel et pas un service. Par conséquent, le total peut passer de « pas cher » à « extrêmement » cher pour ce que vous achetez réellement…
Si le vendeur était défaillant, vous devriez quand même rembourser votre crédit auprès de l’établissement financier, sans pour autant que l’organisme de financement puisse s’occuper de vos sauvegardes… Plus si intéressant que ça, finalement !

Du matériel ou un service ?

La sauvegarde, c’est comme le ménage, cela fait partie des tâches essentielles de l’entreprises. Si nous filons un peu plus la métaphore avec le ménage, vous avez deux possibilités :
  • Investir dans un aspirateur. Si vous avez du temps et de la valeur ajoutée à le passer, alors n’hésitez pas.
  •  Faire venir un prestataire de ménage. Vous n’avez pas à vous en occuper, la prestation est réalisée et bien faite.
Certes, le coût n’a rien à voir, mais cela permet de comprendre la différence entre un achat de matériel et un contrat de service.
Pour la sauvegarde, c’est le même constat. Si vous souhaitez les opérer, les héberger, les suivre au quotidien, gérer les mises à jour et toutes les autres tâches associées, alors achetez du matériel !... Sinon, préférez un prestataire de service.

Conclusion

Une sauvegarde locale, ou même hébergée sur un deuxième site de l’entreprise utilisatrice, est une bonne solution si elle répond à un besoin et qu'elle est basée sur du matériel professionnel. Ça n’est pas une solution universelle. C’est d’ailleurs précisément pour cela que nous proposons de la sauvegarde centralisée chez les clients finaux, au même titre que de la sauvegarde en ligne ou de la sauvegarde hybride : chaque besoin client trouve une réponse technique.
Le fait de souscrire à un service, plutôt qu’à un crédit sur du matériel, vous permet de vous appuyer sur un de nos partenaires intégrateurs tant que vous le souhaitez. De plus, un service de sauvegarde sans engagement apporte une flexibilité à votre entreprise, pas une contrainte financière de plus.
Méfiez-vous donc des offres trop alléchantes qui occultent volontairement le service et la solution globale qui peut vous être apportée !

lundi 22 mai 2017

Nouveau site d'aide



Après la mise à jour majeure de notre logiciel Arx One Backup, c’est au tour du site d’aide de faire peau neuve.

Changement d’URL

Tout d’abord, nous simplifions nos adresses en homogénéisons nos URL. Le site d’aide qui était disponible sous l’adresse aide.arxone.net a été transféré vers aide.arx.one.

Organisation par couches logicielles

L’aide est en premier lieu organisée par produit :
Ensuite, à l’intérieur de la partie sauvegarde, nous avons choisi de segmenter l’offre par niveau par couches logicielles :
  • Console de sauvegarde
  • Agent de sauvegarde
  • Serveur de sauvegarde
Cela permet de rendre l’aide plus lisible et surtout d’accéder directement aux rubriques recherchées.

FAQ et Stratégies

Certaines demandes étant transversales et relatives à plusieurs couches logicielles, nous avons choisi de les mettre au même niveau.

Une FAQ avec des procédures

La FAQ permet de répondre efficacement, par des procédures très dirigées, aux questions les plus fréquentes. Notre objectif : vous faire gagner du temps dans la prise en main de nos offres.

Une aide sur les stratégies

Les stratégies sont utilisées depuis la console (création et modification) et depuis les serveurs de stockage (par des stratégies par défaut).
Les pages d’aide sont regroupées par thème et agrémentées d’exemples afin de vous aider à les produire.

Intégration à la console

Enfin pour ceux d’entre vous qui ne souhaitent pas aller sur le site d’aide et chercher, la console intègre des boutons d’accès à l’aide.
Chaque fois que vous verrez ce bouton , vous pourrez accéder à la rubrique d’aide correspondante à la zone de la console que vous utilisez, simplement en cliquant dessus.
Là encore, l’objectif est la simplification d’accès à l’aide et d’éviter la perte de temps à rechercher une aide précise.

Conclusion

Le nouveau site d’aide d’Arx One est un socle destiné à évoluer au fil du temps. Les évolutions de nos logiciels et vos attentes en seront le moteur !
N’hésitez pas nous faire part de vos remarques, questions et attentes, elles nous permettront d’en faire profiter l’ensemble la communauté.

mardi 9 mai 2017

Arx One Backup v8

La version 8 d’Arx One Backup est sortie ! En voici un tour des évolutions et des nouveautés… nous pensons que vous devriez apprécier.

Un tour du propriétaire

Nous ne sommes que le 9 mai et ce printemps a un petit goût de Noël pour les utilisateurs de nos offres ! Pas de paquet au pied des arbres en fleurs, mais une version 8 d’Arx One Backup largement revisitée.
En premier lieu, le « moteur de sauvegarde » et l’interface graphique sont à présent séparés. Nous avons d’un côté « Arx One Backup » qui est l’agent à déployer sur les machines devant sauvegarder des données et la « Console de gestion » qui permet de piloter les agents.
Pourquoi avoir dissocié les deux ? Tout simplement parce que beaucoup de machines n’ont absolument pas besoin d’accéder à l’interface de la sauvegarde.
Afin de garder les choses simple et efficaces à utiliser, l’interface a la capacité de :

  • Se connecter sur un agent local, comme dans le mode de fonctionnement précédent
  • Utiliser un compte tiers sur un agent local, pour restaurer des données, par exemple
  • Se connecter à un agent distant simplement avec ses identifiants et ce où qu’il soit sur le LAN ou sur le WAN !
Oui, vous avez bien lu ! Plus besoin de prendre la main sur les machines de vos clients pour modifier la configuration ou leur restaurer un fichier. Tout se fait à distance sans perturber les utilisateurs.
La supervision non plus n’est pas en reste, puisqu’elle s’améliore en de nombreux points :
  • De nouveaux états très aboutis (activité du service de sauvegarde par exemple)
  • Globalement plus claire et plus complète
  • Permet d’ouvrir une nouvelle console vers un compte descendant très simplement pour les interventions
En ce qui concerne l’interface en général le panneau de propriétés a été remplacé par un inspecteur, qui permet de réaliser beaucoup plus de choses et est moins intrusif.
L’agent aussi a évolué puisqu’il permet à présent :
  • La connexion distante et sécurisée de l’interface, toujours sur des protocoles standards pour une meilleure intégration
  • La prise en charge de jeux de sélections multiples

Disponible au téléchargement

Cette nouvelle version d’Arx One Backup est disponible au téléchargement dès à présent. Mieux encore, elle a déjà été poussée en mise à jour automatique chez nos intégrateurs… ce qui veut dire que vos sauvegardes d’hier soir ont été réalisées par Arx One Backup v8 !
La version 7 est remplacée par l’agent de sauvegarde et seule la console, très légère, fait l’objet d’une installation supplémentaire.

Conclusion

Cette version majeure a été repensée pour permettre à nos partenaires d’être encore plus performant sur la gestion des sauvegardes : meilleure visibilité sur l’activité, meilleures capacités de pilotage, plus rapide, plus clair… et tout cela pour le même tarif compétitif !
Comme toujours, nous restons à votre disposition pour toutes vos questions.

vendredi 17 mars 2017

Retour sur le salon IT Partners 2017

Le salon IT Partners s’est déroulé les 8 et 9 mars 2017 à Disneyland Paris. Retour sur cet évènement.

Fréquentation

L’édition 2017 du salon IT Partners a été un bon cru : la fréquentation globale du salon a augmenté de 12.5% par rapport à l’année 2017. En termes de visiteurs cela a représenté 8150 professionnels prestataires et revendeurs de solutions informatiques. Coté exposants, le salon représentait 400 marques avec toutes les annonces et nouveautés associées.
De notre point de vue, il y a deux façons d'expliquer une telle hausse de fréquentation. Cela peut être lié à la qualité de l'organisation, soit à l'exceptionnel décapsuleur Arx One que nous offrions à nos visiteurs !

Notre retour

Ces deux journées de présence sur le salon ont été menées tambour battant : la fréquentation a été continue de la première à la dernière heure ! Nous avons eu l’occasion de voir un bon notre de nos partenaires intégrateurs mais aussi de nouer de nouveaux contacts très prometteurs.
Nous pensons que la nouvelle console de gestion de sauvegarde et la simplification de la grille tarifaire ont été des atouts majeurs. Cela nous a permis à la fois de :

Conclusion

Ces deux journées très riches en évènements nous ont confortées dans l’idée que le salon IT Partners est pour nous un évènement incontournable. Nous vous y donnons donc rendez-vous les 14 et 15 mars 2018 !

lundi 20 février 2017

IT Partners 2017

Comme l’année dernière nous serons présents les 8 et 9 mars au salon IT Partners, à Disneyland Paris.

IT Partners

IT Partners est un salon permettant aux intégrateurs informatiques de venir découvrir les offres des éditeurs et constructeurs. Il est donc naturel pour Arx One d’avoir choisi ce salon : c’est l’occasion idéale pour rencontrer des intégrateurs souhaitant développer leur chiffre d’affaires en intégrant des services performants.

Réseau de partenaires

Nous poursuivons activement le développement de notre réseau de partenaires revendeurs. Ce genre d’évènement nous permet de rencontrer un bon nombre de nos partenaires existants mais aussi d’en rencontrer de nouveaux pour nos offres de :

Conclusion

Nous serons ravis de vous présenter les nouveautés sur notre stand (K36).
N’hésitez pas à venir nous rencontrer sur IT Partners les 8 et 9 mars 2017 à Disneyland Paris.

lundi 6 février 2017

Seafile protège aussi vos partages des virus cryptolockers

Notre solution de partage de données, Seafile, vous permet d'éviter la prise d'otage que représentent les virus cryptolockers.

Les cryptolockers

Les virus cryptolockers ont sont conçus pour prendre vos données en otages. Ils chiffrent (d'où le préfixe « Crypto ») toutes les données auxquelles vous avez accès afin d'en bloquer l'utilisation (d'où le « Locker » également).
Ils laissent en général à coté de leurs méfaits les informations nécessaires à ce que vous payiez dans l'objectif hypothétique de retrouver l'accès à vos données...

Comment se protéger

Il y a de nombreuses mesures de protection préventives contre ces virus particuliers (anti spam et antivirus), mais le facteur humain jouant un grand rôle dans la propagation de ces menaces, il reste très difficile de s'en prémunir.
Reste alors « la » solution curative : la restauration des données à un état antérieur à l’attaque. Ce qui est précisément la raison d’être d’un logiciel de sauvegarde.

Et le partage de données ?

Le rôle d’une solution de partage de données est de pouvoir collaborer simplement sur des fichiers communs. Pour ce faire, il agit comme une sauvegarde continue, en historisant chaque version des fichiers au fil de l’eau et sur un stockage distant.
Mais malheureusement, quand on en vient à la restauration des données, ça se complique ! Ces outils permettent bien souvent tout au mieux de restaurer des versions antérieure d’un seul fichier à la fois. Imaginez-vous restaurer 40 000 fichiers un à un…
Par chance, notre offre de partage de données, Seafile, permet de restaurer une ou plusieurs bibliothèque (un groupe de fichiers partagés) à un état donné dans son intégralité.
Restaurer une bibliothèque complète avec Seafile se fait simplement. Nous mettons à votre disposition une procédure complète sur notre site d’aide : restaurer une bibliothèque Seafile

Sauvegarde et partage

Même si notre offre de partage permet de restaurer efficacement ses données, il reste malgré tout bon nombre de différences entre les offres de sauvegarde et de partage :
  • Le modèle de sécurité est fondamentalement différent. Même si les bibliothèques Seafile peuvent êtres chiffrées à votre guise et que leur sécurité est excellente, un partage de données collaboratif est conçu pour fournir un accès simple aux données. Là où un logiciel de sauvegarde externalisée est conçu pour les protéger à tout prix.
  • Le partage de données n’est pas fait pour agir comme une sauvegarde à chaud (sauvegarde sur fichier en cours d’utilisation). Cela exclut donc de fait beaucoup de fichiers essentiels à la production d’une entreprise : sauvegarde de bases de données, sauvegarde de machines virtuelles ou même archives de messagerie sur les postes de travail (sauvegarde PST). Ce qui se comprend parfaitement car ces données n’ont aucunement vocation à être partagées.
  • Le partage de données est un outil « en ligne » par nature. Absolument pas conçu pour permettre une copie des données sur disque vers ou depuis les serveurs de stockage hébergés. Dans le cas de gros partages, cela peut être un réel frein au déploiement.
  • Les outils de partage sont plutôt décentralisés. Peu de supervision et d’administration centralisées… Là encore, pour des parcs importants, la sauvegarde centralisée a largement fait ses preuves.

Conclusion

Seafile apporte une véritable réponse en cas d’attaque massive de vos fichiers, ce qui est un plus incontestable.
Ne perdez cependant pas de vue que les offres de partage et de sauvegarde ne sont pas concurrentes mais complémentaires… même si certaines zones de recouvrement peuvent parfois brouiller les pistes !